Autonomisation de la femme en Afrique au cœur d’un échange entre des femmes influentes africaines

En prélude à la tenue de la troisième édition du Women’s Meeting Day, la structure organisatrice FABIDIA Event and COM a initié ce dimanche 26 juillet, un webinaire qui a regroupé des femmes influentes à travers l’Afrique. Pendant une heure d’horloge, des femmes connues pour leur lutte pour l’épanouissement de la couche féminines ont donné leur point de vue sur le thème : Autonomisation de la femme en Afrique, une réelle volonté politique ? Ce webinaire a été modéré par Fatoumata Binta Diallo, présidente du comité d’organisation du WMD, il a connu la participation de Nabou Fall de la Côte d’Ivoire, Salématou Sako de la Guinée, Nabila Benohoud du Maroc et Sadya Touré du Mali.

A tour de rôle, les différentes panélistes ont données leur opinion sur la thématique qui concerne l’autonomisation de la femme. Pour Nabou Fall, vue le rôle que joue la femme, elle est l’une des femmes les plus autonomes et les plus indépendantes qui soit. Selon elle, elle a besoin aujourd’hui de vision, de pouvoir s’identifier à d’autres modèles tout en ayant les moyens de s’ouvrir les accès à des formations et au financement.

De son côté, Nabilla Benohoud, pense qu’il faut aider les femmes qui sont dans les zones rurales, en leurs donnant les moyens pour qu’elles puissent s’en sortir et faire des projets. Pour elle, une femme aujourd’hui est comme l’homme car elle est capable d’avancer, elle est capable de se positionner et capable d’occuper des postes de responsabilité comme elle est capable de choisir de rester femme au foyer en élevant ses enfants parce que c’est aussi un métier très noble.

Pour sa part, Salématou Sako, a focalisé son intervention sur la valeur que la femme représente dans une société donnée. C’est pourquoi elle a indiqué que peu importe le positionnement de la femme, elle a toujours eu une place importante. En Guinée, tout n’est pas parfait au niveau de la place des femmes, mais aujourd’hui fort heureusement, je vois des femmes qui se lèvent pour aller prendre la place qui leur est dû, parce qu’il ne faut pas attendre qu’on vous la donne, personne ne vous la donnera, conclut-elle.

En fin la dernière panéliste, Sadya Touré, a émis le souhait de voir dans dix ans qu’on ne parle plus de leadership féminin, d’autonomisation des femmes mais de parler juste de leadership car qu’il s’agit de l’homme ou de la femme le leadership est inné et cela n’a rien à voir avec le sexe.

Pour rappel, la troisième édition du Women’s Meeting Day se tiendra au mois de Novembre prochain à Conakry. Elle va réunir une centaine de participantes venues de Conakry ainsi que les villes environnantes.  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *